×
Téléchargez la nouvelle application
my2M
Bien plus que la télé
Installer
En ce moment
Relance post-Covid : le Centre des Jeunes Dirigeants dévoile 40 propositions
Economie

Relance post-Covid : le Centre des Jeunes Dirigeants dévoile 40 propositions

Les leaders du Maroc de demain ont appelé, à travers le Centre des Jeunes Dirigeants (CJD), à restaurer immédiatement la confiance chez le tissu économique, spécialement chez les TMPE, pour éviter leur asphyxie. Ils convient également la sphère politique et économique à la génèse d'un nouveau paradigme économique et social, lequel doit intégrer des propositions en lien avec le nouveau modèle de développement en cours d'élaboration. 

Dans une lettre ouverte à l’attention des décideurs politiques et des différents acteurs, le CJD estime que les impacts de la crise sont colossaux sur tous les plans. Dans ce sens, "tous les citoyens, tous les acteurs politiques et socio-économiques et toutes les composantes de la société civile sont appelés, de par les devoirs et les responsabilités qui leur incombe leur citoyenneté et leur sentiment d’appartenance, à contribuer aux efforts de l’Etat en vue d’une relance économique et afin de minimiser, voire éliminer, les impacts négatifs de cette crise sur les niveaux social, économique et sociétal", explique le document.

 

 

Se voulant "un acteur positif dans la solution", le CJD a élaboré une liste de 40 "impératifs" pour une sortie de crise et une reprise post-Covid. Deux objectifs anniment cette "réflexion préliminaire" : "reprendre immédiatement les chemins de confiance afin d’éviter l’asphyxie des entreprises, principalement les TPME qui constituent plus de 90% du tissu économique marocain", et la "genèse d’un nouveau paradigme économique et social qui intègre des propositions concrètes en lien avec le nouveau modèle de développement en cours d’élaboration", explique le Centre. Ces propositions sont comme suit :

Impératifs pour la reprise des chemins de confiance 

- Accélérer le déploiement de la régionalisation avancée.

- Instaurer la préférence nationale systématique pour tous les marchés publics y compris ceux des Collectivités Territoriales et des Établissements et Entreprises Publics.

- Ajuster les importations de produits transformés pour orienter la consommation vers les produits locaux.

- Renforcer la lutte contre les pratiques illégales (contrebande, sous-facturation, etc.).

- Soutenir, développer et promouvoir le digital comme secteur à part entière et levier des autres secteurs pour passer rapidement à l’économie 2.0.

- Oser la transformation digitale disruptive.

- Accélérer la dématérialisation des administrations, des services publics et semi-publics (simplification et digitalisation des procédures, signatures électronique).

- Mobiliser les fonds de soutien régionaux pour aider les TPME.

- Étudier et encourager la possibilité de prise de participation de l’Etat dans certaines entreprises qui le souhaitent à l’image de certains pays.

- Accorder systématiquement des avances démarrage aux entreprises et prestataires des marchés publics pour financer les achats et prestations liés à leurs marchés.

- Mettre en place un mécanisme de financement conditionné par un accompagnement obligatoire pour la TPME

- Conditionner la distribution des dividendes des entreprises par le respect des délais de paiement de leurs factures fournisseurs TPME.

- Déployer rapidement et intelligemment le financement participatif (crowdfunding), les outils de financements innovants et accélérer la mise en place des dispositifs « Business Angels»

- Encourager l’injection des fonds de l’informel dans le circuit économique par le remplacement des billets de banque existants par de nouveaux billets

- Forcer une gouvernance basée sur le mérite au niveau des administrations, des entreprises et des territoires.

- Instaurer un statut de microentreprise permettant une cotisation forfaitaire (Fiscale et sociale), en guise de suite logique et complément du statut de l’autoentrepreneur.

- Accélérer et faciliter les procédures d’accès au foncier de l'État.

- Légiférer un impôt sur le patrimoine non productif.

- Doper le projet énergétique national pour atteindre au plus vite l’autonomie énergétique.

- Inciter et favoriser les mobile-paiement et le généraliser dans tous les secteurs d’activités.

Propositions pour la genèse d'une nouveau paradigme économique et social

- Affirmer un rôle de l’Etat respectueux des droits de l’Homme, de la constitution, de la dignité et de l’équité pour tous.

- Sauvegarder la souveraineté économique et l’indépendance de nos actions vis-à-vis des organisations internationales.

- Sauvegarder le modèle social marocain basé sur le respect des traditions et la volonté d’ouverture avec un socle de valeurs universelles centrées sur la solidarité et la famille.

- Élaborer en priorité un pacte national de solidarité et de performance globale.

- Mettre en place un manifeste de citoyenneté pour un nouveau logos positif, solidaire et engagé.

- Promouvoir l’excellence humaine et faire confiance à la compétence marocaine.

- Prioriser le développement des secteurs de la santé, de l’éducation et de la justice en veillant à ce que leurs services soient de qualité.

- Instaurer la bonne gouvernance pour plus "d’externalité" positive.

- Forcer le respect de la RSE au niveau de la gestion des régions, des collectivités ainsi que dans toutes les organisations publiques et privées.

- Encourager des débats nationaux et régionaux sur les choix économiques, politiques, sociaux, sociétaux et environnementaux, pour ancrer une citoyenneté active.

- Promouvoir un nouveau modèle économique mettant l’humain au centre du développement.

- Opérer des choix de rupture courageux et disruptifs, organiser la transformation, changer de paradigme pour y intégrer la fin de la rente et une meilleure répartition des richesses au profit de toutes les régions.

- Réinventer le business modèle des grandes entreprises publiques et semi-publiques afin de réadapter leurs missions à la conjoncture et à la stratégie économique actuelle du pays.

- Garantir la souveraineté numérique dans le cadre d’un Etat respectueux des droits et des libertés.

- Superviser le rendement des services de l’Etat au regard du déficit budgétaire et du risque d’inflation.

- Sauvegarder et développer le capital confiance dont jouit le Maroc pour permettre des levées de fonds internationaux et ouvrir de nouveaux horizons dans les relations politiques et économiques à l’internationale;.

- Renforcer le rôle de la banque centrale pour une politique monétaire disruptive.

- Instaurer un impôt sur la fortune et sur les successions (impératifs outils).

- Disposer des structures industrielles vitales pour assurer la continuité des services clés du pays et de son autonomie dans toutes circonstances et conjonctures.

- Renégocier au mieux les accords de libre-échange pour les rendre plus favorables aux TPME marocaines.

Les contenus liés