×
Téléchargez la nouvelle application
my2M
Bien plus que la télé
Installer
En ce moment
Post-Covid :Les pays africains appelés à privilégier les questions climatiques, le…
Climat

Post-Covid :Les pays africains appelés à privilégier les questions climatiques, le Maroc cité en exemple (Rapport)

2M.ma2M.ma
whatsapp share

Les pays africains qui font de la lutte contre le changement climatique un objectif central de leurs plans de relance économique post-Covid-19 ont plus de chance d’attirer des financements, de relever les défis sociaux et de parvenir à une croissance robuste et durable, souligne un rapport qui met en avant les avancées réalisées par le Maroc en tant que modèle à l’échelle continentale en matière de relance verte, durable et inclusive.

D’après le rapport sur la « reprise post-Covid-19 en Afrique » réalisé par le cabinet de conseil marocain Positive Agenda Advisory, le Think tank kenyan Power Shift Africa et l’ONG nigériane The Society for Plant and Prosperity, le Maroc figure parmi les pays d’Afrique ayant fait de grands pas dans l’investissement dans l’énergie propre, notamment dans l’énergie solaire.

Selon la même source, la pandémie de la Covid-19 a entrainé « une pression et des défis sans précédent » sur les capacités de financement des budgets nationaux, nécessitant ainsi une solidarité, des partenariats et des soutiens mondiaux, par un allégement de la dette afin de renforcer la capacité budgétaire des pays africains en vue d’une reprise réactive et alignée sur le climat, ajoute-t-on.

Le rapport met en garde contre une focalisation étroite sur la reprise économique qui ignore le changement climatique générant ainsi plus de difficultés économiques pour l’Afrique à long terme.

Les avancées du Maroc en la matière

« L’ambition du Royaume d’augmenter la part d’énergies renouvelables à 52 % de la production d’électricité en 2030, devrait créer quelque 50 000 emplois dans ce secteur », poursuit-on de même source.

Le rapport cite, par ailleurs, la stratégie du Maroc pour une agriculture résiliente et durable « en canalisant davantage d’investissements vers des milliers de petits projets avec des impacts locaux tangibles », mettant ainsi en avant le leadership du Maroc dans des domaines ayant trait notamment à la promotion des énergies dites propres, au développement d’une agriculture durable et résiliente, ainsi qu’en matière d’investissement dans l’économie numérique, et dans la généralisation de la protection sociale pour l’ensemble de la population.

« Dans la région de l’Afrique du Nord, le Maroc occupe une place particulière grâce à son ambition climatique de longue date qui remonte au Sommet de la Terre de Rio De Janeiro en 1992 », rappelle les auteurs du rapport, indiquant qu’une accélération s’est produite au début des années 2000, ce qui a abouti à une feuille de route stratégique nationale adoptée en 2009.

« Depuis, le Maroc a adapté son arsenal institutionnel et juridique pour l’environnement, intégrant progressivement une dimension verte dans les politiques publiques ainsi que des programmes d’action nationaux pour l’atténuation et l’adaptation au changement climatique dans plusieurs secteurs clés, notamment en termes de promotion des énergies renouvelables ».

Les auteurs du rapport considèrent que « la relance post-COVID est une opportunité de rassembler davantage de soutiens publics et privés afin de déployer à la fois des initiatives d’adaptation et d’atténuation climatiques orientées vers une économie verte résiliente ».

 

Les contenus liés