×
Téléchargez la nouvelle application
my2M
Bien plus que la télé
Installer
En ce moment
Les compagnies aériennes mondiales s'engagent à "zéro émission nette de CO2" d'ici…
Environnement

Les compagnies aériennes mondiales s'engagent à "zéro émission nette de CO2" d'ici à 2050

2M.ma2M.ma
whatsapp share

Les compagnies aériennes du monde entier se sont engagées lundi à atteindre "zéro émission nette de CO2" d'ici à 2050 pour lutter contre le réchauffement climatique, lors de l'assemblée générale de leur association.

Cet objectif "audacieux" est aussi une "nécessité", qui va "assurer la liberté de voler des générations futures", a argumenté le directeur général de l'Association internationale du transport aérien (Iata), Willie Walsh, face aux dirigeants du secteur réunis à Boston aux Etats-Unis. 

L'Iata, qui revendique 290 compagnies membres, représentant 82% du trafic aérien mondial avant la pandémie de Covid-19, emboîte ainsi le pas au secteur aérien européen, qui a épousé les objectifs de l'Union européenne en la matière.

"Nombreux sont ceux dans cette salle, individuellement ou en tant que groupes, qui ont déjà franchi cette étape", a constaté Walsh. "Pour d'autres, ce sera un défi supplémentaire à un moment très difficile", le secteur aérien ayant été très durement touché par la pandémie.

"Mais nous devons tous soutenir cet engagement et être déterminés à y parvenir en temps et en heure. C'est ce qui doit être fait. Et ensemble, c'est possible", a plaidé le directeur général de l'Iata.

Ce nouvel engagement intervient 12 ans après que l'Iata eut présenté un premier plan de réduction des émissions de CO2 des compagnies aériennes, de 50% d'ici à 2050 par rapport au niveau de 2005.

Preuve de la bonne foi des compagnies, selon Walsh, celles-ci ont depuis investi "des centaines de milliards de dollars dans des avions plus économes en carburant, et la consommation moyenne des flottes a baissé de plus de 20% en une décennie".

Le durcissement de ces objectifs, la résolution sur "zéro émission nette de CO2" d'ici au milieu du XXIe siècle, n'a pas donné lieu à un vote, conformément aux statuts de l'Iata, mais été adopté par consensus, aucune compagnie membre n'ayant levé d'objection ferme qui aurait bloqué l'adoption.

Le processus a néanmoins été marqué par des remarques de compagnies chinoises, qui ont souligné que l'objectif de 2050 n'était pas cohérent avec celui adopté par le gouvernement de Pékin, qui vise pour sa part une neutralité carbone en 2060.

 

Les contenus liés