×
Téléchargez la nouvelle application
my2M
Bien plus que la télé
Installer
En ce moment
L’épidémie de coronavirus ne va pas être la dernière pandémie
Coronavirus

L’épidémie de coronavirus ne va pas être la dernière pandémie

DR
2m.ma2m.ma
whatsapp share

Les scientifiques sont unanimes, les habitudes humaines ont créé « une tempête parfaite » à la propagation des maladies de la faune aux humains. La présence humaine sur le monde naturel ne fait qu’augmenter ce qui accélère le processus.

Cette approche est dirigée par des scientifiques de l’Université de Liverpool, au Royaume-Uni, mais elle fait partie d’un effort mondial visant à développer des moyens de mieux se préparer aux futures épidémies, ils étudient d’où viennent les nouvelles maladies émergentes.

Dans le cadre de cet effort, ils ont développé un système de reconnaissance des différentes maladies de la faune sauvage afin de hiérarchiser celles-ci de la plus risquée à la moins risquée pour l’homme.

« Au cours des 20 dernières années, nous avons eu six menaces importantes — SRAS, MERS, Ebola, grippe aviaire et grippe porcine », a déclaré le professeur Matthew Baylis de l’Université de Liverpool à BBC News. « Nous en avons esquivé cinq, mais la sixième nous a eus.
“Et ce n’est pas la dernière pandémie à laquelle nous allons devoir faire face, nous devons donc examiner de plus près les maladies de la faune.”

Si un agent pathogène est signalé comme une priorité, les scientifiques affirment qu’ils pourraient orienter leurs efforts de recherche vers la recherche de prévention ou de traitements avant qu’une épidémie ne se déclare.

Le comportement humain, néfaste pour lui-même

De nombreux scientifiques conviennent que notre comportement, en particulier la déforestation et notre empiétement sur la nature, aide les maladies à se propager des animaux aux humains plus fréquemment.

Selon la professeure Kate Jones de l’University College London, les preuves “suggèrent largement que les écosystèmes transformés par l’homme avec une biodiversité plus faible (…) sont souvent associés à un risque accru pour l’humain d’être infecté”.
 

“Ainsi, la perte de biodiversité peut créer des environnements qui augmentent le contact humain-faune à risque et augmentent les risques que certains virus, bactéries et parasites se propagent aux humains.”

Ce n’est pas nécessairement le cas pour toutes les maladies », a-t-elle ajouté. « Mais les espèces sauvages les plus tolérantes aux perturbations humaines, telles que certaines espèces de rongeurs, semblent être souvent efficaces pour héberger et transmettre des agents pathogènes.

Des virus qui approchent les 75 % de létalité

La première épidémie date de 1999 avec le virus Nipah, une infection virale transmise par des chauves-souris frugivores. Elle s’est répandue dans une grande porcherie construite à l’orée d’une forêt. Les chauves-souris frugivores se nourrissaient des arbres fruitiers et les porcs grignotaient des fruits à moitié mangés qui tombaient des arbres et étaient couverts de salive de chauve-souris.

Plus de 250 personnes qui travaillaient en contact étroit avec les porcs infectés ont attrapé le virus. Il y a eu plus de 100 décès. Le virus Nipah tue 40 à 75 % des personnes qu’il infecte, en comparaison, le taux de létalité du coronavirus varie en fonction des pays, mais les estimations actuelles le situent à environ 1 %.

Le professeur Eric Fevre de l’Université de Liverpool et de l’Institut international de recherche sur le bétail à Nairobi, au Kenya, affirme que les chercheurs doivent être constamment sous surveillance dans les zones où les risques d’épidémies sont les plus élevés.
Des fermes à la lisière des forêts, des marchés où les animaux sont achetés et vendus, tous sont des frontières floues entre les humains et la faune et des endroits où les maladies sont plus susceptibles d’émerger et se répandre.

“De nouvelles maladies apparaissent dans la population humaine probablement trois à quatre fois par an”, a déclaré le professeur Fevre. “Ce n’est pas seulement en Asie ou en Afrique, mais aussi en Europe et aux États-Unis.” La crise actuelle, a déclaré le professeur Fevre, fournit une leçon pour beaucoup d’entre nous sur les conséquences de notre propre impact sur le monde naturel.

“Toutes les choses que nous utilisons et tenons pour acquise, la nourriture que nous mangeons, les matériaux dans nos téléphones intelligents, plus nous consommons, plus quelqu’un d’enrichira en les extrayant et en les déplaçant dans le monde entier.

Il nous incombe donc à tous de réfléchir aux ressources que nous consommons et à son impact.”

 

 

 

 

 

Les contenus liés