×
Téléchargez la nouvelle application
my2M
Bien plus que la télé
Installer
En ce moment
Confidences de Presse : Elections, alliances, Algérie, Espagne...Aziz Akhannouch d…
Confidences de presse

Confidences de Presse : Elections, alliances, Algérie, Espagne...Aziz Akhannouch dit tout (replay)

2M.ma2M.ma
whatsapp share

Aziz Akhannouch, Président du Rassemblement National des Indépendants (RNI), était l'invité de Confidences de Presse de mercredi 9 juin. Troquant sa casquette de ministre pour celle d'homme politique, M. Akhanouch s'est exprimé par rapport aux derniers sujets d'actualité du pays, notamment la crise diplomatique avec l'Espagne, le programme électoral de son parti, et les perspectives d'alliances politiques à l'approche des élections législatives.

Crise diplomatique entre le Maroc et l'Espagne : une confiance anéantie

 Concernant la crise diplomatique causée par l'Espagne avec le Maroc, M. Akhannouch a estimé qu'il s'agit d'une "crise profonde avec le gouvernement actuel". Il a de ce fait condamné l'accueil de l'Espagne du dénommé Brahim Ghali, rappelant que le Maroc est un partenaire stratégique de l'Espagne sur plusieurs plans et que le chef des séparatistes du polisario est poursuivi pour crimes contre l'humanité. "Cet incident a anéanti la confiance du Maroc en l'Espagne, son partenaire" a-t-il affirmé.

M. Akhannouch a, dans ce sens, évoqué son entretien avec le chef du Parti Populaire espagnole (PP), qui lui a assuré que l'accueil du dénommé Brahim Ghali a été sujet de discussions au Parlement espagnol. Aussi, M. Akhannouch n'a pas manqué de rappeler que "le Maroc n'est pas le gendarme de l'Union européenne" en ce qui se rapporte à l'immigration clandestine, et que sa coopération en la matière n'est qu'un effort pour garantir de bonnes relations avec ses voisins.  

Arrêter les couvertures médiatiques des activités gouvernementales avant les élections : une sage décision 

M. Akhannouch a estimé que la décision royale d'arrêter les couvertures médiatiques de toutes activités gouvernementales avant les élections est "sage". A près de 100 jours avant les élections, cette décision permettra de garantir une égalité des chances entre partis politiques participants. 

Les propos du président algérien contre le Maroc, des propos "irresponsables venant de la part d'un Chef d'Etat"

Le président algérien, Abdelmadjid Tebboune, a récemment multiplié les sorties médiatiques propagandistes dans lesquelles il se fend de propos hostiles envers le Maroc et son Sahara. A ce propos, M. Akhannouch a relevé le caractère "irresponsable" de ces déclarations, surtout "venant de la part d'un Chef d'Etat", a-t-il estimé, expliquant que la résolution des conflits ne se fait pas par le biais de l'hostilité. 

Quid des élections législatives ? 

"Nous (le RNI) sommes prêts. Nous avons constaté sur le terrain que le parti est assez attractif, et que nous faisons partie des partis politiques les plus prêts pour les élections", a affirmé M. Akhannouch. 

Concernant les points principaux du programme électoral du RNI, M. Akhannouch a affirmé qu'il ne s'agit pas de distribuer de l'argent au citoyen. "Les Marocains veulent être capables de s'assumer eux-mêmes. Cela passe par un bon travail qui leur permette de gérer tous les aspects de leur vie, et dans ce sens, il y a certaines catégories qui ont été laissées pour compte à cause d'erreurs décisionnelles commises dans le passé", a-t-il affirmé. 

"Si nous avons annoncé dans notre programme que l'un de nos objectifs est d'augmenter le salaire minimum à 7.500 DH pour les enseignants, ce n'est pas pour rassembler des voix. La santé, l'éducation et la création d'emplois sont aujourd'hui une priorité nationale. Et nous allons bientôt révéler le plan d'action pour financer cette proposition, qui se fera sans augmentation sur les impôts ou changement sur la fiscalité", a expliqué le patron du RNI.

Sur le volet des alliances, M. Akhannouch a précisé que cela se fera sur la base d'un minimum requis : la convergence des visions politiques. La vision politique du RNI étant, actuellement, la réintégration des catégories socioprofessionelles marginalisées, la priorisation du capital humain et de la création d'emplois, et la loyauté dans le travail politique. "Nous n'excluons aucune possibilité d'alliance pour le moment", a-t-il affirmé. 

 

Retrouvez ci-dessous l'émission intégrale de Confidences de presse :

Les contenus liés