×
Téléchargez la nouvelle application
my2M
Bien plus que la télé
Installer
En ce moment
Une plateforme numérique pour la protection juridique des MRE verra le jour bientôt
Maroc

Une plateforme numérique pour la protection juridique des MRE verra le jour bientôt

2M.ma2M.ma
whatsapp share

La ministre déléguée chargée des Marocains résidant à l’étranger, Nezha El Ouafi, a réitéré l'intention du Ministère de créer une plateforme numérique visant à renforcer la protection juridique des Marocains du monde, lors d’une journée d’étude marquée par la présence du président du Conseil de la communauté marocaine à l’étranger et du secrétaire général de la présidence du Ministère Public.

Lors de l'ouverture d'une journée d'étude sur "la protection de la femme MRE à la lumière du code de la famille et des conventions internationales", tenue mercredi 14 octobre, Nezha El Ouafi a indiqué que cette plateforme permettra une interaction entre les juristes au Maroc et à l’étranger qui pourront y partager leur expérience et leur expertise. Laquelle, contribuera, selon la Ministre déléguée, au renforcement de la mobilisation des compétences marocaines à l'étranger dans le domaine juridique, notamment dans le cadre du Réseau des avocats marocains et d'origine marocaine exerçant à l'étranger.

« Cette plateforme a par ailleurs pour but de proposer des mesures pratiques aux différentes problématiques qui se posent dans le cadre d'un projet ambitieux visant à capitaliser et à tirer profit de leurs compétences professionnelles», ajoute Nezha El Ouafi. 

De son côté, le président du Conseil de la communauté marocaine à l’étranger, Driss El Yazami, a fait observer, lors de cette rencontre, que la plupart des difficultés auxquelles font face les MRE ont trait à la dualité du référentiel auquel est soumis le domaine de la famille « dont la discordance entre le référentiel marocain et celui des pays d’accueil, place les Marocains du monde dans un dilemme judiciaire ».

Dans une intervention lue en son nom, le Ministre de la Justice, Mohamed Ben Abdelkader a indiqué que la différence entre les systèmes juridiques des pays de la diaspora, notamment européens, et celui du Maroc dans le domaine de la famille, interroge sur l'aptitude de ces pays à appliquer certains articles du Code de la famille sans y voir de contraintes pour leur système général.

« (...) Le bilan de la mise en œuvre du Code de la famille relève plusieurs acquis qu'il faudrait renforcer et constitue une occasion de relire ce texte, d'évaluer son parcours, de le renforcer et d'améliorer ses performances », souligne Hicham El Blaoui, Secrétaire Général de la présidence du ministère public.

D’après Nezha El Ouafi, la difficulté de la justice des pays d'accueil à reconnaître et à exécuter certains des jugements rendus par les tribunaux marocains est l'une des plus importants problématiques que connaît le ministère délégué, indiquant que les femmes représentent près de la moitié des MRE et que le pourcentage de féminisation chez les jeunes est en nette augmentation ce qui reflète l’émergence de compétences de haut niveau parmi cette catégorie.   

 

Les contenus liés