×
Téléchargez la nouvelle application
my2M
Bien plus que la télé
Installer
En ce moment
Lutte contre le VIH: 20 ans de progrès menacés par la Covid-19 (ONUSIDA)
Sida

Lutte contre le VIH: 20 ans de progrès menacés par la Covid-19 (ONUSIDA)

2M.ma2M.ma
Modifié le
whatsapp share

La pandémie de Covid-19 menace les progrès accomplis au cours des 20 dernières années dans la lutte contre le VIH, a prévenu l'ONUSIDA, qui ajoute que le nouveau coronavirus pourrait provoquer jusqu’à plus de 150.000 décès supplémentaires en trois ans.

Dans un rapport rendu public à Genève, l’Agence onusienne estime que la pandémie mondiale détériore une situation déjà préoccupante, notant que la lutte mondiale contre le sida était mal engagée avant que la pandémie de Covid-19 ne frappe, mais la propagation rapide du coronavirus a créé des revers supplémentaires.

Et même si certains pays ont réussi à limiter les effets de la pandémie, moins de personnes ont été détectées et moins de soins ont été donnés, fait constater l'ONUSIDA.

Par conséquent, la modélisation de l’impact à long terme de la pandémie sur la lutte contre le VIH montre qu’il pourrait y avoir entre 123.000 et 293.000 nouvelles infections supplémentaires par le VIH entre 2020 et 2022, précise la même source, ajoutant que le nouveau coronavirus pourrait être responsable cette année et les deux suivantes de 69.000 à 148.000 décès supplémentaires liés au sida.

« Les avancées de ces dernières années sont menacées », a déclaré lors d’un point de presse virtuelle depuis Genève, la directrice exécutive d'ONUSIDA, Winnie Byanyima. Et « pour remettre la réponse mondiale sur les rails, il faudra donner la priorité aux personnes et s’attaquer aux inégalités sur lesquelles les épidémies se développent », a ajouté Mme Byanyima.

Ces chiffres, estime l'agence onusienne, viennent remettre en cause les objectifs affichés sur plusieurs années et qui cherchaient à faire baisser les nouveaux cas et les décès de 500.000 chacun d’ici la fin de l’année. Or, selon le rapport mondial sur le VIH , le nombre d’infections est supérieur de 3,5 millions et celui des décès de centaines de milliers par rapport à ce qui avait été envisagé.

Mais le coronavirus n’est pas seul en cause. « La réponse mondiale au VIH était en retard avant même la pandémie de Covid-19 », ajoute Mme Byanyima.

Dans son nouveau rapport intitulé « Prévenir les pandémies en plaçant l’homme au centre », l’ONUSIDA appelle donc les pays à investir bien davantage dans la lutte contre la pandémie mondiale et à adopter une nouvelle série d’objectifs audacieux, ambitieux mais réalisables en matière de VIH. Si ces objectifs sont atteints, le monde sera à nouveau en mesure de mettre fin au sida en tant que menace pour la santé publique d’ici 2030.
 

Les contenus liés