×
Téléchargez la nouvelle application
my2M
Bien plus que la télé
Installer
En ce moment
Education: le renforcement du dispositif d’hébergement et restauration scolaires, …
Education

Education: le renforcement du dispositif d’hébergement et restauration scolaires, l’autre pilier de la réforme

2M.ma2M.ma
whatsapp share

570 millions de dirhams. C’est le budget alloué par le département de l’éducation nationale pour mettre à niveau le dispositif d’hébergement et les cantines scolaires, dès cette rentrée. Ce montant porte à près d’un milliard et demi de dirhams, les fonds débloqués pour améliorer la qualité des prestations aux bénéficiaires. Pour ce segment, priorité au monde rural, avec une couverture généralisée de l’ensemble des localités dès 2024.

Dans ce nouveau plan d’action, présenté lundi devant SM le Roi Mohammed VI , le renforcement des prestations d’hébergement et de restauration est un pilier central.

Il s’agit d’augmenter de la dotation quotidienne réservée aux cantines et internats (1,475 MMDH), ) pour bénéficier à près de 1.443.000 élèves, et de couvrir l’ensemble des communes souffrant de déficits, particulièrement celles en milieu rural et éloignées, et enfin d’élargir le réseau des écoles communautaires, à travers la création de 150 nouvelles unités à l’horizon de l’année 2021.

Pour ce qui est du service de transport scolaire, le ministre, lors de sa prise de parole, a fait savoir que 154.000 élèves ont pu en bénéficier l’année précédente, notant que ce chiffre doit passer à 193.000 au cours de l’actuelle année scolaire et à 325.000 en 2021.

Evoquant les prestations sociales au profit des étudiants de l’enseignement supérieur, M. Amzazi a indiqué que son département s’emploie à renforcer la capacité d’accueil des Cités universitaires et internats, en lançant cette année les travaux de construction de quatre nouvelles cités universitaires et de deux annexes de cités existantes, d’une capacité globale de 4.900 lits supplémentaires, de six nouveaux restaurants universitaires, et de huit internats et cantines au sein d’instituts de formation professionnelle.

La mise en œuvre de ces programmes sociaux est de nature à contribuer à l’amélioration du niveau de scolarisation des élèves bénéficiaires et à la réduction du taux de déperdition scolaire, pour passer de 5,7 pc actuellement au primaire en milieu rural à 1 pc au titre de l’année scolaire 2024-2025 et de 12 pc actuellement en collégial au milieu rural et urbain à 3 pc au titre de l’année scolaire 2024-2025, a estimé le ministre.

Les contenus liés