×
Téléchargez la nouvelle application
my2M
Bien plus que la télé
Installer
En ce moment
Dr Tayeb Hamdi : "le Maroc est l’un des premiers pays au monde à avoir accès au va…
Covid-19

Dr Tayeb Hamdi : "le Maroc est l’un des premiers pays au monde à avoir accès au vaccin et à protéger sa population

Le Maroc a conclu un contrat avec la société chinoise Sinopharm, ainsi qu'avec la société suédo-britannique AstraZeneca, qui développe un vaccin en coopération avec l'Université d'Oxford. Il est en négociations avec Pfizer, Johnson & Johnson aux USA, et Cansino en Chine. Grâce à la stratégie nationale de vaccination contre la COVID-19 que prépare le pays, le Maroc deviendra l’un des premiers pays au monde à avoir accès au vaccin, et ainsi à protéger sa population, affirme le Dr. Tayeb Hamdi,  médecin, chercheur en politiques et systèmes de santé et vice-président de la Fédération Nationale de la Santé (FNS), dans un document parvenu à 2M.ma.

Le document rappelle que “la phase d’essais cliniques menée au Maroc sur 600 volontaires n’a pas documenté d'effets secondaires graves sur les personnes ayant reçu le vaccin”. Les effets secondaires enregistrés sont mineurs, notamment une fièvre modérée et une douleur légère à l’endroit du vaccin.

Le vaccin est un type de vaccin inactivé. “Il s’agit d’une technique traditionnelle, c'est-à-dire testée et approuvée à plusieurs reprises”, donc fiable, affirme le Dr. Tayeb Hamdi. “L’innocuité du vaccin est documentée depuis des décennies et un grand nombre de vaccins sont produits de cette manière”, continue le document. Les études réalisées lors de la première et deuxième phase des essais cliniques ont été publiées dans la revue scientifique britannique The Lancet. Elles appuient l'innocuité et la grande efficacité du vaccin, lit-on de même source.

Ce vaccin n'a pas besoin d'une chaîne du froid spéciale, mais seulement d'une chaîne du froid régulière qui est utilisée pour stocker d'autres vaccins, à -8 degrés. Le vaccin Pfizer doit être refroidi à -70 degrés et celui de Moderna à -20 degrés.

Aujourd'hui, plus d'un million de Chinois ont bénéficié du vaccin contre la COVID-19. Celui-ci a également été largement utilisé aux Émirats arabes unis. En attendant les résultats finaux de la troisième phase des essais cliniques, les pays désireux de commencer la vaccination tôt devront se baser sur les données provisoires générées par les essais cliniques. Ces données seront actualisées au fur et à mesure que les tests avancent. 

Le Maroc a tout à gagner par la vaccination généralisée contre la COVID-19, mentionne le document. Il s’agit de protéger les citoyens, réduire le risque d’infection ainsi que les décès qui résultent des cas critiques, a écrit le docteur Hamdi. Cela va également désengorger le système de santé et lui permettre de reprendre normalement ses diverses activités. Dans ce même sens, l’immunité de groupe est le seul facteur qui permettra de juguler l’épidémie et de l’éteindre. 

D’ailleurs l’immunité de groupe protège même ceux qui n'ont pas pu se faire vacciner en raison de leur état immunitaire fragile ou de leur faible réponse immunitaire à la vaccination. 

Enfin, la vaccination générale est le seul moyen de permettre à l’économie du pays de reprendre de manière normale et d’autoriser la reprise de tous les secteurs.dans tous ses secteurs, ne pas entraver la recherche de moyens de subsistance pour les familles, ouvrir complètement les écoles et revenir à une vie sociale normale.

Le Maroc sera l'un des premiers pays au monde à avoir accès au vaccin, apprend-on de même source. Depuis août, les pays riches qui n'abritent que 13% de la population mondiale se sont engagés à acheter plus de 50% des vaccins. Aujourd'hui, le Maroc est parmi les premiers de la course mondiale grâce à la vision clairvoyante de SM le Roi Mohammed VI, dont a résulté le contrat avec le géant chinois, affirme le document.

Naturellement, il ne sera pas possible de vacciner toutes les tranches de la population dès le début.  La stratégie nationale de vaccination a fixé, rappelle le document, selon des orientations scientifiques et en fonction de la situation épidémiologique, une organisation hiérarchique des groupes cibles : professionnels de santé et professions en première ligne face à la pandémie, cadres éducatifs, personnes âgées, maladies chroniques, en priorité.

En attendant, rappelle le document, il est impératif de respecter les mesures barrières, le port des masques, la désinfection, et la distanciation sociale. 

Les contenus liés