×
Téléchargez la nouvelle application
my2M
Bien plus que la télé
Installer
En ce moment
Archives du Maroc : L'architecte Patrice de Mazières fait don de ses documents
Culture

Archives du Maroc : L'architecte Patrice de Mazières fait don de ses documents

DR
2M.ma2M.ma
whatsapp share

Le grand architecte rbati Patrice de Mazières a fait don, au profit des Archives du Maroc, d’une partie de ses documents privés, qui couvrent une activité professionnelle foisonnante d’un demi-siècle au Maroc (1962-2013).

"Après plus de deux ans et demi de consultations, d’échanges et de persuasion, le grand architecte Rbati Patrice de Mazières, petit-fils d’Adrien Laforgue, célèbre architecte sous le Protectorat, a consenti à conclure gracieusement avec les Archives du Maroc une convention de don d’une partie de ses documents privés qui couvrent une activité professionnelle foisonnante d’un demi-siècle au Maroc (1962-2013)", affirme un communiqué des Archives du Maroc.

Natif de Rabat en 1930, Patrice de Mazières est lauréat en 1956 de l’Ecole spéciale d’architecture de Paris, dans la même promotion que son compatriote Abdesselam Farawi. Les deux architectes ont ouvert peu après, en 1962, une agence au Maroc et travaillé ensemble avec brio durant une trentaine d’années, en posant une touche moderne sur l’architecture du Maroc fraichement indépendant.

De 1998 jusqu’à sa retraite en 2013, c’est seul, avec autant de succès et de passion, que Patrice de Mazières a continué son aventure exceptionnelle qui a généré des archives d’une très haute valeur historique.

L’établissement Archives du Maroc, fidèle à sa mission, s’engage à prendre grand soin du "fonds Patrice de Mazières", en assurant son traitement dans les règles de l’art, en le valorisant et en le mettant à la disposition des usagers, souligne le communiqué.

"La domiciliation de ce précieux patrimoine aux Archives du Maroc nous comble de bonheur et nous saisissons cette occasion pour rendre un vibrant hommage à M. Patrice de Mazières, dont nous saluons la générosité et la confiance qu’il a mise dans un établissement public marocain", a-t-on conclu.

Les contenus liés