×
Téléchargez la nouvelle application
my2M
Bien plus que la télé
Installer
En ce moment
Énergies renouvelables: La région MENA et l’Amérique Latine se concertent
COP 22

Énergies renouvelables: La région MENA et l’Amérique Latine se concertent

.

De nombreux experts et chercheurs des pays du MENA, de l’Amérique latine et des Caraïbes se sont donnés rendez-vous hier à Marrakech pour échanger leur expertises en matière d’énergies renouvelables. 

Cette rencontre a eu lieu en marge de la COP22, dans le cadre d’une conférence organisée par le Conseil pour les relations entre le monde arabe, l’Amérique latine et les Caraïbes (Carlac), en collaboration avec l’OCP Policy Center.

L’occasion pour des experts de l’Université du Maryland (Etats-Unis), de la Fondation Getulio Vargas (Brésil) et du ministère de l’Environnement du Qatar de présenter les réalisations dans la région MENA et en Amérique latine. Partages d’expériences, propositions de partenariats et témoignages du Maroc et d’ailleurs, l’idée est de créer une synergie entre des pays qui partagent les mêmes ambitions et dont les préoccupations énergétiques sont comparables.

Dans son allocution, Mohamed Dekkak, vice-président et cofondateur du Carlac a affirmé, «Dans la région MENA, il y a de grandes réalisations dans ce sens, comme l’expérience marocaine avec la centrale NOOR. En Amérique Latine, 25% de l’énergie produite est d’origine renouvelable, avec des prévisions de 40% entre 2020 et 2025. Nous pouvons nous inspirer des technologies utilisées en Amérique latine, de même que des systèmes de financement de l’expérience marocaine, mais aussi de Dubaï et d’Abu Dhabi ». Celui-ci a par ailleurs mis en avant l’importance cruciale du financement, pour le développement des énergies renouvelables.

Pour sa part, Simone Tagliapietra, experte en énergies renouvelables au sein de l’organisation Bruegel, think-tank international sur les questions des politiques économiques, a affirmé « qu’investir dans les énergies renouvelables au Maroc est aussi sûr qu'en Espagne ou en Italie. Le Maroc est de loin le leader de la région MENA en matière d'énergies renouvelables ».

Est intervenu également los de cette conférence le directeur du département développement durable de l’Université du Maryland et ex-conseiller sur les questions liées à l’environnement du président Barack Obama. M.Nathan Hultman, a insisté sur la nécessité de trouver de nouveaux mécanismes de financement des projets d’énergies renouvelables afin de permettre aux pays de la région d’atteindre les objectifs qu’ils se sont fixés dans le cadre de leurs contributions nationales (NDCs).

Le CARLAC, basé à Rabat, a été créé il y a deux ans pour «développer les relations économiques et culturelles entre la région MENA, l’Amérique latine et les Caraïbes». A précisé son PDG, Hasan Abdel Rahman,

Mohammed Dekkak a quant à lui souligné que ces deux régions n’ont pas été en contact depuis des années et pourtant, elles partagent une histoire commune, liée notamment à la langue espagnole.

Au-delà de cette conférence, qui a rencontré un grand succès auprès du public présent en masse, le Carlac organisera prochainement une rencontre sur la sécurité alimentaire, une question qui touche à la fois la région MENA et l’Amérique latine. Cette rencontre qui réunira tous les acteurs concernés, des fonds d’investissement aux petits agriculteurs, a conclu Mohamed Dekkak.

Les contenus liés